Les Quinze Joies de mariage: nouvelles de la misogynie ordinaire

Descriptif

Le titre du curieux recueil des Quinze joies de mariage fait référence de manière ironique aux « Quinze Joies de Notre dame » qu'évoquent certaines prières à la Vierge. Les joies dont il est question ici sont à comprendre par antiphrase : le mariage procure bien des chagrins au malheureux qui sera venu se prendre dans la nasse et les embarras d'une alliance séduisante, mais foncièrement décevante. Le propos reprend toute la tradition des textes misogames, qui remonte au moins aux pères de l'Eglise. Le décompte des malheurs du marié aux prises avec les exigences de sa femme a pour cadre un univers domestique saisi au ras des réoccupations les plus triviales : les tracas des noces, de la naissance des enfants, de la gestion du ménage. Il n'y a rien là que de très commun, mais le ton et le parti-pris d'une narration dépersonnalisée font de ce recueil comique une œuvre à part, d'une grande finesse et d'un comique grinçant.

Peut-on faire de la littérature avec le tout venant du discours misogyne qui nourrit encore aujourd'hui bien des blagues sexistes ? Quel parti pris de lecture adopter face à un texte qui manie les lieux communs, mais dont la posture ironique invite à y revenir à deux fois avant de le condamner ?

Semesters:

Stufe:

BA, MA

Fächer:

Gender Studies, Literatur

Hochschultyp:

UH