Altérités, racialisation et sociétés (post)esclavagistes des Amériques

Objectif

Ce cours porte sur l'une des caractéristiques fondamentales de la modernité occidentale qui a été de créer une altérité radicale à travers le "corps noir" et de racialiser les rapports sociaux. Issue de la matrice esclavagiste établie dans le Nouveau Monde, cette face inversée de la modernité forme le contrepoint de l'idéologie universaliste. Elle permet d'explorer les problématiques qui structurent aujourd'hui nos sociétés globalisées, depuis le racisme jusqu'à la crise écologique.

Descriptif

En prenant pour ancrage empirique, la Caraïbe, "les Amériques Noires" et les anciens centres européens de "commandement colonial", plusieurs thèmes qui convergent vers la question coloniale et ses prolongements actuels, seront examinés. L'esclavage est considéré en tant qu'expérience unique et consubstantielle à la modernité. Il forme le creuset de la formation des principales problématiques de notre monde actuel envisagées comme suit :

  • Introduction aux fondements des sociétés (post)esclavagistes du Nouveau-Monde (avec focus sur leur caractère indissociable pour la formation de la modernité occidentale) 
  • La racialisation des rapports sociaux (avec focus sur le code noir qui a fait l'objet d'une polémique récente très violente qui montre la reconduction de la matrice idéologique issue de l'esclavage)
  • le processus « d'animalisation » du corps-esclave (saisi à travers l'étude d'une scène de violence extrême)
  • La critique philosophique de la modernité : mouvement des idées et pensées anti-post-dé-coloniales (avec focus sur le concept de « créolisation » et notamment son usage lié à la pensée d'Edouard Glissant)
  • Mémoires minorées et clandestines en situation de domination coloniale (mémoires traumatiques, mémoires incorporées  souvenirs/mémoires  mémoires implicites/explicites') 
  • patrimonialisation et muséographie de l'esclavage (avec focus détaillé sur le langage muséographique en tant que reproduisant l'ordre racial)
  • usage de l'art contemporain dans le cas inédit de la Martinique où se perpétue la plantocratie blanche créole (avec focus sur la notion de blanchité).
  • la figure du « Marron » (esclave en fuite) comme nouveau paradigme « écologique » du 21ème siècle à l'heure de l'anthropocène (avec focus sur la plantation comme « matrice » de l'anthropocène et du « Marron » comme figure de l'écologie décoloniale. Notion de plantationocène de Tsing et Haraway).

Semesters:

Stufe:

MA

ETCS:

6

Fächer:

Gender Studies

Hochschultyp:

UH