Cette année, le cours portera sur le genre et la catégorie de sexualité dans leur articulation à d'autres rapports de pouvoir, comme la classe, la race, l'âge ou l'état de santé. C'est donc la notion d'intersectionnalité qui sera au c'ur de la réflexion pendant les huit séances qui composent cet enseignement. Forgée en 1989 par la juriste étatsunienne Kimberlé Crenshaw, le concept d'intersectionnalité complexifie l'analyse de la domination en montrant l'imbrication des différents régimes d'oppression dans la production des inégalités sociales et des subjectivités. Cette notion ne sert du reste pas à penser seulement le cumul des désavantages (et des privilèges), elle permet surtout de saisir les modalités de leurs articulations et elle thématise leurs tensions. En s'opposant à une analyse qui conçoit les rapports de pouvoir comme figés et distincts les uns des autres, la démarche intersectionnelle met en lumière les relations dynamiques qui existent entre eux et met en lumière leur co-production mutuelle.
Croisant perspectives théoriques, épistémologiques, empiriques et méthodologiques, ce cours posera la question suivante : comment la démarche intersectionnelle permet d'inscrire les questions de genre et de sexualités dans l'analyse plus large des rapports de pouvoir à l''uvre aujourd'hui dans la société ? Comment en faisant des sciences sociales intersectionnelles parvient-on à étudier ces enjeux ?

Stufe:

MA

ETCS:

6

Fächer:

Gender Studies, Soziologie

Hochschultyp:

UH