Le «milieu» homosexuel suisse durant la Seconde Guerre mondiale

Publikationen

Le «milieu» homosexuel suisse durant la Seconde Guerre mondiale

Cette contribution s’intéresse à l’existence de lieux de sociabilité helvétiques entre hommes qualifiés comme étant homosexuels ou encore homoérotes selon le point de vue militant. Dans un pays resté neutre au cours de la Seconde Guerre mondiale et replié sur lui-même par « Défense nationale », fédéral depuis 1848 en unifiant trois cultures linguistiques, la capitale économique, Zürich, ressort sans conteste comme étant celle de l’homosexualité. Aussi cet article expose-t-il les conditions pénales expliquant l’existence dans cette ville de l’unique association homosexuelle qui va perdurer au-delà du conflit mondial. Il analyse aussi son mode de fonctionnement et revendicatif excluant progressivement les femmes de son sein. Toutefois, le monde associatif ne représente que la surface des événements, et cette étude s’attache à montrer les fortes différences existant selon les régions : la Zürich de la guerre ne s’est pas substituée au Berlin d’avant 1933, et les contrées latines, bien que profondément influencées par le code Napoléon, n’apparaissent pas comme des enclaves de liberté. Tolérance sociale relative et discrétion volontaire des intéressés, tels sont les mécanismes de cette histoire.​

Autoren

Links

Publikation Information

Autor_innen:

Herausgegeben von:

Sylvie Chaperon, Christelle Taraud

Verlag:

Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 119 | 2012: Homosexualités européennes (XIXe-XXe siècles)

Sprachen:

Französisch

Stadt:

Paris

Jahr:

2012

Forschungsthemen:

Sexuelle Orientierung, Männlichkeiten, Menschenrechte – Frauenrechte – Minderheitenrechte, Justiz – Massnahmen – Gefängnis

Fächer:

Geschichte, Gender Studies

Form:

Artikel