Expériences croisées de femmes et familles immigrantes, de bénévoles et professionnel.le.s

The 2021 Congress of the Swiss Sociological Association (SSA), June 28-31 2021, Geneva

Research network: Migration and minorities

Quêtes incertaines de moments et d’espaces de bonne vie : expériences croisées de femmes et familles immigrantes, de bénévoles et professionnel.le.s de la santé et du social

Patricia Perrenoud and Elise Rapp, Haute Ecole de Santé du Canton de Vaud (HESAV), School of health

Dans les régions francophones et anglophones du Nord de l’Europe et de l’Amérique, la bonne vie est fréquemment posée en des termes de liberté, d’autonomie, de responsabilité et de réalisation de soi. Cette vision individualiste, néolibérale, est interrogée depuis plusieurs décennies en sciences humaines et sociales, car elle ne tient compte ni des inégalités sociales, ni des visions plus collectives de la vie et du développement humain. Cette session propose d’explorer les expériences de femmes et de familles immigrantes habitant ces régions et d’interroger tant ce qui facilite que ce qui interfère avec l’accès à des instants et des espaces de bonne vie. Sur différents terrains de recherche, l’idée d’une bonne vie n’apparaît en effet pas comme un état stable, un objectif qui pourrait s’atteindre par différentes stratégies, mais plutôt comme un résultat temporaire, parfois fugace, émergeant de différentes conditions matérielles ou sociales et de la rencontre avec d’autres, femmes et familles immigrantes, bénévoles ou professionnel.le.s de la santé et du social. Comprenant des interventions émanant de chercheur.e.s en sciences sociales et d’acteurs et actrices du milieu associatif, la session illustrera comment les statuts de séjour, l’accès au logement ou à l’emploi, la relation aux outils numériques ou le maintien des liens familiaux, contribuent à l’expérience d’une plus ou moins bonne vie de femmes et familles immigrantes.

Au-delà de grandes catégories telles celles du logement ou de l’emploi, la session propose également un abord microsocial d’une quête plus ou moins explicite, plus ou moins facilitée, d’une bonne vie, en analysant des éléments concrets partagés par des femmes, des familles, ainsi que des bénévoles et des professionnel.le.s de la santé et du social. Différents discours, expériences et pratiques, qui questionnent les visions culturelles occidentales de l’autonomie, contredisant en particulier l’utilisation de cette notion en tant qu’indicateur de l’expérience d’une bonne vie ou de la réalisation d’un accompagnement professionnel et bénévole efficace. Enfin, entre trajectoires de vie, capabilités, rencontres fortuites et pratiques émergentes, la session questionne les quêtes de moments de bonne vie en marge de la standardisation des procédures des soins de santé et de l’aide sociale, et en considérant la superdiversité des femmes et des familles immigrantes.

Pour cette session, nous recherchons des propositions de présentations qui sont soit issues de recherches, soit issues d’analyses d’une pratique associative ou professionnelle. Des travaux qui décrivent les expériences de femmes et familles immigrantes, à partir de leurs voix ou de celles de leurs interlocuteurs.trices bénévoles ou professionnel.le.s. La participation d’associations de femmes et familles immigrantes est également souhaitée. Nous sommes en particulier intéressé.e.s par des présentations qui partant d’exemples concrets, à un niveau microsocial, permettent de discuter les espaces et les moments de bonne ou moins bonne vie et les conditions de leur construction à un niveau plus politique - méso- et macrosocial.

Veuillez soumettre vos propositions à Patricia Perrenoud Patricia.Perrenoudhesavchet Elise Rapp Elise.Rapphesavch
Délai de soumission : 29 janvier 2021
Longueur des résumés : max. ~500 mots

Publikationsdatum:

13. Januar 2021

Deadline:

29. Januar 2021